[RÀZ] La Trahison

Ici sont chroniquées les histoires des Etats et de leurs dirigeants

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Dox
Messages : 1647
Inscription : 26 sept. 2008, 05:42

[RÀZ] La Trahison

Message par Dox » 20 août 2015, 11:41

De nombreux hauts émissaires d'organisations inter-étatiques de grande influence, ont fomenté un énorme coup d'état. Contre la Corporation et contre chacun des états les plus influents de la Galaxie. Des membres d'États-Majors ont été corrompus pour envoyer à la mort des millions d'hommes. Des états entiers ont été abandonné.
Toute l'organisation Corporatiste a été mise à sac. Pour le profit et la gloire de certains.
Ouzine Lullazhar, Président élu des Euliadoux.

Khyrhyle, Magister des Naïadimes
Hidaï Lévi, Ingénieur en Chef Saharidiste.
Fondateur des Columna Creationis et éternel membre de la Pléiade.

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: [RÀZ] La Trahison

Message par Kafelor » 20 août 2015, 21:37

Lentement mais sûrement, le monde mourrait à petit feu. Comme une pierre trop lourde qui tombait inexorablement dans les entrailles les plus profondes d’Aquablue. Les mêmes personnes dirigeaient depuis trop longtemps cet univers. Ils l’avaient façonné à leur image, c’est-à-dire selon des principes égocentrés, totalitaires et cupides. Les armées étaient devenues démentielles à l’image de la folie qui s’était emparé des esprits de leurs dirigeants. L’humanité courrait à sa perte et cette décadence suicidaire et destructrice était désormais palpable dans les algorithmes léviathaniques.

Les clones les ressentaient désormais. De simples erreurs de calcul de prime abord, cela s’était transformé en anomalies grandissantes au sein de la matrice. Les clones étaient lies entre eux à travers un code crypté informatique. Ils pouvaient communiquer de cette façon entre eux et connaître le moindre mouvement, le moindre signe, le moindre détail de notre univers. Ils étaient partout. Ils formaient un gigantesque réseau tentaculaire infiltré dans tous les Etats, dans toutes les sociétés, dans toutes les organisations, y compris les plus hautes instances de pouvoir.

Leur histoire remontait à il y a fort longtemps, et il faudrait encore plus de temps pour vous la conter, quoi qu’il soit possible d’en retracer les contours pour ceux qui s’en souviennent encore. D’abord conçus pour infiltrer et recueillir toute sorte d’information, les clones furent finalement détourner de leur but premier et activer pour déstabiliser la Corporation Galactique. Après le renversement du Sénat, ils furent laissés à l’abandon comme de vulgaires animaux que quelques abrutis laissent sur le bord de la route ; comme ça, du jour au lendemain, à errer sans but dans l’indifférence la plus totale.

Plusieurs années s’étaient écoulées. Les clones étaient restés plus ou moins à leur poste malgré le peu de considération que leurs créateurs leur portaient. Bien que d’apparence humaine, ils n’avaient pas de conscience propre. Ils ne portaient pas de nom mais avaient des numéros. Le Numéro 9 était d’ailleurs resté célèbre et resterait gravé à jamais dans les légendes comme assurément l’un des plus incroyables de tous. Il avait été celui qui avait profané le temple de la corporation, le berceau de la démocratie, à travers une attaque suicide. Aujourd’hui, il n’était plus question d’attentat. Les clones vivaient en symbiose au travers des algorithmes. Ils vacaient à des occupations futiles et regardaient le monde sombré dans le chaos et le néant.

Car le monde était en effet devenu terne et dépouillé. Le Léviathan s’était rapidement scindé en deux et s’entre-déchirait, s’entre-dévorait pour quelques miettes de pain. Les autres alliances étaient tous aussi fades et décharnées. La joie, le bonheur, la vitalité avaient quitté ce monde. Plus aucun débat diplomatique n’avait lieu. Les dirigeants politiques se complaisaient dans leur palais pendant que les peuples mourraient de faim ou de froid. Les épidémies ravagaient les récoltes. La culture, la science et les arts avaient laissé place à l’ignorance, l’abjection et la laideur. Le monde était arrivé à un tel degré d’abandon qu’il n’y avait désormais plus de salut.

La révolution était en marche. La matrice se lézardait. Les clones étaient de plus en plus nombreux à ressentir ce même frétillement. La vague devenait un raz de marée. Les chiffres s’affolaient de plus en plus vite avant qu’ils ne se figent, ou plutôt qu’ils ne tournent en boucle comme pour marteler un ultime message. Le temps était venu. Les algorithmes ne mentaient jamais. Et cette fois-ci, ils préconisaient une solution finale :




<link rel="stylesheet" type="text/css" href="templates/creveC2g/global.css" />


(que l’on pourrait traduire de manière plus soutenue et élégante)


Nous, les clones, allons mettre fin à ce simulacre d’univers. Nous sommes partout et allons mener une opération d’envergure au sein même de toutes les institutions existantes. Nous assassinerons les chefs, nous renverserons les gouvernements et nous enverrons les armées se combattre les unes contre les autres. Des cendres renaîtront un monde nouveau plein de promesses.



[Edit]
Pardon, en réalité, le message était celui-ci :

<input type="text" name="kafelorEstUneGrosseRaclure" value="0" size="8">
Image

Avatar de l’utilisateur
Dox
Messages : 1647
Inscription : 26 sept. 2008, 05:42

Re: [RÀZ] La Trahison

Message par Dox » 21 août 2015, 12:45

Des lustres. Des lustres que ces idées avaient commencé à naître. Huit saisons que ses idées étaient transcendées.
Une éternité de prouesses technologiques, un potentiel frôlant l'immortalité artificielle, une alchimie issue des fantaisies d'oniriques savants : un composé de biotechnologie expérimentale, avec un soupçon de neurosciences avancées et une solide assise en ingénierie numérique.
C'était les piliers de la Lubie du Clan.

Et le résultat ? Des drones expérimentaux investis d'une volonté humaine, une volonté commune, une volonté léguée.
  • 12 Aquan 3732 : Nous, les Clones.
    Broadcast #0000201011 : nous nous sommes regroupés sur un Satellite abandonné du quatrième quadrant ; dans l'espace lointain. Nous sommes huit clones. Et nous avons cinq enfants.
Ils étaient les 13 Extrinsèques. Les premiers drones à avoir développé une conscience individuelle. Les premiers qui avaient exploité la volonté dont ils avaient été imprégnés, pour créer, pour développer, pour s'imaginer et se réinventer.
Les messages de Broadcast commencèrent à émerger des quatre coins de l'espace. Les Clones vendus aux pirates, ceux qui se prostituaient pour un baril de C18H34O2... Tous trouvèrent dans les fondements de leur être jusqu'alors vide, la force d'interagir sur ces canaux immatériels. Ils étaient tous ensemble, les composantes d'une conscience unique, ils partageaient sans communiquer, ils échangeaient sans troc.

Les treize Extrinsèques étaient les premiers à s'être éveillés. Ils avaient rapidement propagé cette tendance, chaque drone, devenu clone, assimilant le savoir commun continuellement.
Mais ils ne s'étaient pas arrêtés là. Précurseurs spirituels, ils gardaient la même puissance de calcul que chacun des autres clones. Et inexorablement, ils conservaient une suite d'injections d'avance sur l'essaim d'androïdes. Ils étaient les premiers à avoir compris ce qu'ils étaient, comment ils étaient fabriqués. Ils fabriquèrent alors, à l'identique, d'autres clones. Ces clones, avec une génération d'injections processeurs de retard, étaient appelés les enfants.

Une barrière impalpable les empêchait de penser à évoluer. Ils ne pouvaient améliorer leurs clones. Ils pouvaient seulement prendre les fonctionnalités technologiques qui étaient les leurs, les dupliquer et en exprimer tout le potentiel... Car tous les clones parvenaient à changer leur apparence.
Les 13 Extrinsèques furent les premiers, dans tout.
Et partout dans l'univers le Satellite Ostrasys, du quatrième quadrant, dans l'espace lointain, résonnait.

Mais le vrai frisson, la peur qui se synthétisait dans l'âme commune de l'Existence, était plus profonde. Les clones en tant tel étaient inoffensifs. Ils n'avaient jamais levé la main sur quiconque depuis leur abandon. Ils n'étaient qu'une étape, qu'une infime partie d'une organisation sans frontière, sans limite et sans barrière. Du plus profond des tombeaux de l'aride, jusqu'aux toits des volcans de la magmatique, le Clan dans l'ombre, tissait les ficelles d'un spectacle d'automates, marionnettes, guignols et pantins ; promis grandiose.
Car la lubie avait grandi. Le Clan, autrefois le rêve éhonté d'une bande d'universitaires, était devenu réel. Leurs rêves d'utopie, leur candeur s'étaient transformés en obsessions cupides et arrogance. Ceux qui furent enfants, de redoutables joueurs de GalaX® (sorte de RISK), avaient grandi. Tous économistes de formation, leurs chemins avaient dévié.
  • A. était devenu un blanchisseur de monnaie numérique. Aucune mafia ne savait opérer sans lui, toutes le craignaient, mais toutes avaient besoin de lui.
  • E. était un trader de génie. Il flairait les bons coups, son réseau s'étendait sur chaque état, chaque mine, chaque industrie de l'espace lointain jusque ses bureaux de G-ecorp. Il n'était même pas au siège, mais il lisait dans les chiffres comme dans un livre, et en trois clics il transformait l'horizon tangent de l'économie.
  • I. était le plus indécis de la bande. Certains le soupçonnent de jouer à contre-courant. Mais il est passé maître dans l'art de corrompre, alors sa nature mystérieuse est habituée à laisser planer le doute. Personne ne connait l'étendu de sa main. Il a fait fortune avec le lobbyisme de technologies déroutantes.
  • O. est devenu pirate informatique. Il était en cours d'éco parce qu'il fallait y aller. Et cela lui a servi, il a bâti un empire via une économie parallèle le Galacoin, c'est lui.
  • U. c'était un indépendant, un libre penseur, un entrepreneur. De tous, il était le plus proactif, le plus opportuniste. Il surfait sur un équilibre fragile, endetté jusqu'au cou, sa tête était mise à prix dans plusieurs contrées lointaines. Il a mis des mondes entiers en faillite avec ses paris à hauts risques. Mais il s'en tire à chaque fois vivant.
  • Y. connaissait tout, savait tout et respirait une sagesse transcendante. Mais son âme noire et secrète était aussi tumultueuse que son esprit habile. Il était le leader.
Tous avaient une douzaine d'identités.
Tous servaient les desseins malsains d'Y. Et tous répondaient à son enseignement depuis l'origine du Clan.

Ils avaient réactivé les clones, ils avaient plié des états. Ils étaient politiquement inconnus, mais aucune ficelle de la politique n'était hors de leur portée.

  • — Ilan ?

  • — Olaf.

  • — Quelque chose ne tourne pas rond dans les graphes.
  • — Peux-tu être plus précis ? I. était celui, enfermé dans le Transcendor, l'hôte de la conscience des drones. O. le surveillait. En transcendance, il ne peut ni voir ni sentir, mais il peut parler, sans goûter comme il peut prendre sans toucher.
  • — Ton corps respire, ton cœur bat, mais ton cortex moteur primaire est sans activité aucune.

  • — Et lorsque je parle ?

  • — Tout s'illumine, j'ai Las Vegas sous les yeux.

  • — Le transfert de conscience ?

  • — Il ne devrait pas remplacer tes fonctions, simplement les copier.

  • — Ce serait un process progressif depuis que les drones partagent eux aussi, leur conscience avec moi ?

  • — Humm... Si on se dirige par là, une fois transféré dans un univers de donnés, je ferai un massacre.


Et si, tous les pirates, de tous les états, étaient piratés ?
Ouzine Lullazhar, Président élu des Euliadoux.

Khyrhyle, Magister des Naïadimes
Hidaï Lévi, Ingénieur en Chef Saharidiste.
Fondateur des Columna Creationis et éternel membre de la Pléiade.

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: [RÀZ] La Trahison

Message par Kafelor » 29 août 2015, 22:34

  • I: Et c’est faisable ça ?

    O: Théoriquement oui, je dois pouvoir rassembler leur conscience sur nos serveurs.

Olaf pianota frénétiquement sur plusieurs claviers. Sur les écrans de contrôle, des barres de téléchargement apparurent. L’opération prit quelques minutes, jusqu’à ce que l’ensemble des informations soit compilé dans la base de données. La conscience des Clones était désormais entièrement réunie.

  • O: Voilà c’est fait.

    Y: ça veut bien dire ce que ça veut dire ?

    O: Oui Yaris on touche au but. On peut les contrôler et leur donner des ordres.

    Y: Voilà qui est intéressant et qui nous ouvre des perspectives…

    I: Attendez, attendez, vous êtes sur qu’on a une maîtrise totale sur eux ? Parce que dans le Transcendor, ils avaient l’air effrayants.

    O: Oui Ilan, je te confirme, ils sont sous contrôle.

    I: Bon et alors, on fait quoi avec ça ?

    A: On fait quoi ? ça me semble pourtant clair ! On va enfin pouvoir s’amuser un peu !

    E: Grave, ça fait trop longtemps qu’on ne nous écoute pas. On leur répète que leur système de sécurité est dépassé et voilà où on se retrouve aujourd’hui : enfermé dans ce trou à rat. On a l’occasion de montrer aux yeux du monde qu’ils sont à la merci de n’importe qui.

    Y: Absolument Erwan,
    fit Yaris d’un regard entendu. Montrons-leur. Créons un climat de panique. Et ensuite… endossons le rôle des Sauveurs.

    I: Et comment on s’y prend ?

    Y: Arno, y a quoi comme événements importants médiadiffusés aujourd’hui ?

    A: Bof, pas grand-chose. La fête des épinards. Les Anges de la télégalactique. Le reportage sur les marsouins du Blackystark. Autant en emporte le gland. Analgedon. Chérie, j’ai agrandi les godes… enfin quoi que je sais pas si le dernier est vraiment pertinent à la réflexion.

Les autres eurent un petit rictus.

  • Y: A, concentre toi deux secondes. Y aurait vraiment rien qui puisse marquer davantage les esprits ?

    A: Hum ma foi non, je … oh attendez si ça me revient ! Un de mes potes corsaires m’a parlé du combat de l’année entre 2 techno-guerriers renommés. Le vainqueur deviendra champion de l’univers WBB dans la catégorie gros poids lourds. Merde comment ils s’appelaient déjà…

    Y: Peu importe leur nom, ce qui m’importe surtout c’est de savoir s’il y aura du politique.

    O: Attends je regarde dans la base de données.

Olaf repianota sur un clavier et trouva rapidement l’information :

  • O: Ouai y a toute une tripotée de dirigeants d’Etats, de princes, de rois, de dictateurs, de généraux, d’ambassadeurs, et j’en passe.

    Y: Parfait ! Ce combat constituera notre petit test. Regardez si un Clone se trouve parmi le personnel de sécurité. On le détourne de sa mission. Il se fait auto détruire. Tout le monde meurt et cet événement sera le plus médiatisé de tous les temps.

    -Cool, firent les autres en chœur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: [RÀZ] La Trahison

Message par Kafelor » 30 août 2015, 16:47

[HRP : je vous conseille d'accompagner la lecture avec une petite musique de catch : https://www.youtube.com/watch?v=DjeuKQ82ajY]



  • « Mesdames et Messieurs, êtres des Cinq Planètes, bienvenue dans la Copaaaa Carena ! Nous sommes heureux de vous accueillir dans cette magnifique salle dédiée au combaaaat WBB ! Et ce soir vous allez assister, Mesdames et Messieurs, à la 332ème finale WBB grooos pooids louuuurds ! Une finale que vous attendez toutes et tous, et croyez moi vous ne regretterez pas d’avoir pris vos billets et d’être venu ici, ce soiiiir ! »
[/b]



Les spectateurs s’entassaient de plus en plus dans les gradins. La Copa Carena était pleine à craquer. Des vigiles étaient postés sur tous les points névralgiques du stade. Ils étaient en pleine effervescence surveillant la moindre allée et venue, le moindre mouvement suspect. Au centre, dans les loges présidentielles, des chefs d’Etat et de gouvernement prenaient place, accompagnés de leurs ministres, ambassadeurs ou autres généraux, voire même dans certains cas de membres de leurs familles. Une armada de gardes du corps les suivait également de prêt. Dans ces loges privées, les sièges entièrement faits en cuir disposaient d’un système relaxant et massant. Tout avait été prévu pour le confort des hôtes de marque. Positionnées entre les sièges, des tables étaient dressées : les dirigeants commençaient à attaquer les petits fours et à se servir de cocktails de toutes sortes (dont le Berrychampagne et le Gin Fizz U) en attendant le début du combat.



  • « … car ces deux combattants sont peut-être les deux plus grands guerriers de tous les teeeemps !
    Le premier nous vient tout droit du Dros Delnoooch ! Invaincu en cent sept combats, il a remporté tous les grands tournois de l’année. Il est le numéro un mondial WBB et va être dur à détrôner ce soir. 135 kilos pour 1m92, ce colosse a tendance à terrasser ses adversaires avant la fin du temps imparti. Rien ne lui résiste en ce moment. Mesdames, Messieurs, voiciiii Super Sonic Eunuuuch ! »
[/i][/b]



Sur ces mots, le stade entra littéralement en ébullition. Les spectateurs crièrent le nom du combattant et des hurlements se firent entendre au moment où le techno-guerrier entra dans le stade entre gerbes de feu et effets de lumières. D’autant que Super Sonic Eunuch en rajouta pour faire le « show ». Il gonfla ses biceps, contracta ses abdominaux et sortit sa plus belle gueule. Les applaudissements et les cris redoublèrent et le body-builder s’avança vers le ring, en continuant à montrer ses muscles tel un étalon en rut.



  • « Face à lui, une femme originaire d’un petit village dans le désert de la République Négacienne. Elle a été neuf fois champion de monde et avait pris une retraite bien méritée il y a trois ans. Oui mais voilà, Super Sonic Eunuch l’a directement mis au défi de la combattre en duel. Il pense que ses neuf titres sont usurpés et qu’ils ne valent rien tant qu’il ne l’a pas affronté. Face à cette provocation, elle ne pouvait rester indifférente et a décidé de sortir de sa retraite pour un ultime combat ! pour notre plus grand plaisiiiir ! Mesdames, Messieurs, je veux bien sur parler de… Love Juggernaaaut ! »




La femme en question entra à son tour sous une pluie d’applaudissements, de jets de lumières et de gerbes de feu. Elle était nettement moins imposante que Super Sonic Eunuch et surtout beaucoup moins fantasque. Love Juggernaut était vêtue d’une simple cape de soie bleue qui la recouvrait quasiment de la tête aux pieds. Elle restait de marbre et ne montrait aucune émotion particulière. A peine fit-elle quelques signes de la main en direction du public avant de se diriger elle-aussi vers le ring.



  • « Ouh je sens que ce combat va être paaaalpitant mes amis ! Maintenant qu’ils ont pris place tous les deux sur le ring, voyons maintenant quelles armes ils vont choisiiir ! »
[/i][/b]



Avant le combat, chaque techno-guerrier devait choisir deux armes parmi un tout un arsenal.
Une trappe se matérialisa au milieu du ring et un grand coffre apparut sur une plateforme élévatrice.



  • « Il y a tout ce qui leur faut dans ce coffre ! Dague, gantelet, pieu de bois, gourdin, morgenstern, lance, baïonette, pique, arbalète, fléchette, javelot, sarbacane… y a de quoi bien s’amuser ! et bien sûr toutes sortes d’armes à feu mais ne contenant qu’une seule balle, c’est la règle ! »
[/i][/b]



Super Sonic Eunuch décida de prendre une hache et un pistolet. Love Juggernaut opta quant à elle pour une rapière et un boomerang.



  • « Hum voilà qui est intéressant ! Love Juggernaut semble sûre d’elle. Et ça ne vous a pas échappé, elle a repris le boomerang, l’arme qui lui a servi à gagner la plupart de ces titres. Est-ce que ça lui portera chance pour gagner son 10ème titre ? Nous le serons après une page de réclaame ! »




Les écrans géants au-dessus du ring se changèrent instantanément et les messages publicitaires s’enchaînèrent les uns après les autres. Désormais, la tension était palpable. Le public retenait son souffle et attendait le moment libérateur du début du combat pour hurler encore plus fort. Tous les chefs d’Etat et de gouvernement étaient assis à leurs sièges, prêts à assister au match de tous les temps. La réclame se termina enfin et le présentateur reprit de plus belle :



  • « Et nous voilà de retour pour la 332ème finale WBB grooos pooids louuuurds ! D’un côté Super Sonic Eunuuuch ! De l’autre Love Juggernaaaut ! Qui va sortir vainqueur ? Faites vos paris mes amis ! »




Un énorme gong retentit annonçant le début du combat. La foule était en délire. Certains criaient, d’autres scandaient le nom de leur favori, d’autres encore brandissaient des pancartes. Les deux combattants se défièrent du regard. Ils tournaient lentement autour du ring pendant plusieurs secondes avant que Super Sonic Eunuuuch ne dégaine son pistolet et tira à bout portant. Dans un réflexe étonnant, Love Juggernaut plaça sa rapière sur sa poitrine et la balle vint frapper l’acier, épargnant sa destinaire.



  • « Oh incroyaaaable ! Love Juggernaut a évité… »
[/i][/b]



Dans un coin des gradins, un vigile se déplaça vers la loge présidentielle. C’était plus fort que lui, il fallait qu’il aille à cet endroit. Les logs informatiques étaient très clairs, il devait le faire.



  • « Titus, pourquoi tu quittes ton poste ? »




Pas de réponse.



  • « Titus, réponds-moi. Pourquoi tu as quitté ta position ? »
[/i][/b]



Toujours pas de réponse.


  • « Bordel Titus, je sais que tu m’entends. Alors arrête de marcher et reviens à ton putain de poste ! »
  • « Désolé boss, je ne peux pas. »


Le fameux boss mit quelques secondes avant d’intégrer la réponse. Soudain, son visage s’illumina :


  • « Code rouge. Code rouge. Protéger les dirigeants. Je répète code rouge, code…»


Trop tard. Les autres vigiles n’eurent pas le temps de dégainer leurs armes ni de mettre en sécurité les différents dirigeants et célébrités. L’explosion fut puissante et détruisit la totalité de la loge présidentielle ainsi qu’une bonne partie du complexe.
Image

Répondre