La Suprématie du Molky

Ici sont chroniquées les histoires des Etats et de leurs dirigeants

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Molky
Messages : 47
Inscription : 13 août 2015, 10:57

La Suprématie du Molky

Message par Molky » 20 août 2015, 20:36

-Apaisé....Apai...A..Apaiséééé...

Aucune résonnance. Aucun parasite. Le son était parfait dans cette salle de méditation. On n’y entendait que la voix du maître Norg, dans la posture du lotus, suivit du silence. Le silence, c'est ce que le maître aimait par dessus tout. Il se mettait à répéter plusieurs fois ce même mot. Soudain, on entendit des pas. C'était un genre de trottinement. Des sandales faisaient vibrer le parquet environnant, troublant rapidement la zénitude de Norg. Les mains jointes, il cassa le lien et s'appuya sur le sol en s'exclamant :


-Que l'auteur de ses satanés bruissement veuille cesser !


Le silence reparut brutalement. Il reprit sa position, joignit ses mains à nouveau et reprit l'apaisement. Tout à coup, les pas se remirent à vibrer. Et cette fois, on entendit une fille se mettre à chanter :

-Il était un petit chasseur ! Il était un petit chasseur. Qui n'avait ja-ja-ja jamais décollé !


-Faith ! Je te jure que si tu n'arrêtes pas de pousser ce genre de chansonnette ridicule, mon 42 va décoller ! Je préfère te prévenir.

-Il faut vous ménager père. C'est ce que mère vous dit tout le temps.

Il s'agissait de la fille de Norg. Elle ne dépassait pas la dizaine d'année. Avec un long soupir, Norg s'approcha de sa fille et s'accroupit devant elle. Il lui prit les bras et l'approcha de la baie vitrée. Il lui présenta, d'un grand geste de la main, la grande ville devant eux et prononça d'une voix captivante :

-Tu vois ça ma chérie ? Tu vois toutes ces tours qui s'étendent à pertes de vue ? Tu vois l'horizon au loin ?


Faith se mit à secouer la tête de haut en bas et demanda aussitôt :

-Dis papa ? C'est quoi un l'horizon?

-L'horizon. Et bien l'horizon, c'est une ligne qui sépare la terre du ciel. Ceci, tout ça et même en dehors de cette limite t'appartiendras un jour.

-Comment le ciel peut nous appartenir? Tu dis n'importe quoi père...

-Et bien c'est la toute la beauté de la chose. Il existe des frontières qui ne se voient pas mais qui existent. C'est comme quand tu coures dans le couloir en beuglant. Tu agaces ton père et tu dépasses les limites. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase tu vois.

-Père ! Père !

-Oui Faith.

-Moi on m'a dit que la goutte d'eau ne faisait pas déborder le vase. Elle créait plutôt une sorte de bulle au dessus du vase père.

-Qui t'as appris ça ma puce?

-Bah mon nouveau professeur d'école.

Il se retourna et marmonna dans sa barbe "Faut pas se demander pourquoi il est nouveau celui-là. C'est notifié, je le crame ce prof de mes fesses." Il fit demi-tour et fixa sa petite fille. Avec un sourire, il l'interrogea :

-Tu veux que je te raconte une histoire ? "Ma séance de détente est foutue de toute façon, je vais l'avoir dans les pattes toutes la soirée celle là..." Reprit-il en bredouillant.

-OUI !Tu peux me raconter encore une fois comment tu es arrivé Chef Suprême du Moulqui père ?

-C'est Molky ma chérie. Et puis je te l’ai raconté plusieurs fois celle là. Tu sais bien que papa à tranché les cou...

-Nan mais pas celle là père. Coupa la jeune fille. L'autre. Tu sais, quand tu es arrivé sur glactia.

-Galactica ma puce, pas glacmachinchose. "La c'est sûr, je suis pas sorti de l'auberge..." Murmura t-il.

-Qu'est ce tu dis père?

-Nan rien. Tiens, assis toi sur mes genoux. Je vais te raconter les aventures de ton bon vieux père. Et après tu files.

Tout en se positionnant sur le parquet de la salle.

-YEAAAAAAAH !!! S'exclama la petite fille.

-oh oH OH ! Tu vas la fermer oui ! On entend que toi là ! Pas possible. "Purée, elle marche au nucléaire celle là, jamais tranquille quand il faut" Reprit t-il à mi-voix.

Il prit alors une longue bouffée d'air. Inspira puis expira de nouveau et commença l'histoire. Faith le fixa, prête à écouter l'aventure de son paternel, les yeux remplis de joie comme si c'était Noël. Il prit alors une voix posée mais forte et conta.

Avatar de l’utilisateur
Molky
Messages : 47
Inscription : 13 août 2015, 10:57

Re: La Suprématie du Molky

Message par Molky » 21 août 2015, 21:44

-C'était une sombre époque Faith. Une sombre époque. J'étais un jeune homme, un jeune mercenaire. Je bossais avec ce vieux Lavbèr, qui est maintenant le Chef de notre garde. Tu vois le meusieur avec qui je parle parfois, grand et costaud. Et bien je peux te dire qu'avant il faisait bien une cinquantaine de livres. Dit-il d'un ton humoristique.

Faith se mit à rire. Norg reprit:

-Il avait du mal à se traîner mais se défendait très très bien. D'ailleurs petite anecdote. Tu vois mon bras droit.

Il présenta son bras à sa fille. C'était un membre robotique articulé. Des sortes de diodes lumineuses bleuâtres se trouvaient à chaque extrémité des doigts. Faith posa sa main sur celle de Norg afin de palper la paume.

-C'est tout dur !
S'exclama t-elle tout en bourrinant dessus.

-Elle est fait en adamantium. Tu peux y taper dessus, je sens rien du tout.


A ce moment là, avec ses petits doigts, elle réussit à agripper un câble sous ces mécanismes et tira de toutes ses forces. La main robotique se mit à s'agiter dans tout les sens, tournoyant sur elle même. La jeune fille s'esclaffait à voir son père se désarticuler afin de choper le câble. Un combat faisait rage entre la main droite et la main gauche. Il parvient finalement à rebrancher le fil. La main se stoppa net. Il souffla un bref instant :

-Whoua, il faut vraiment que je fasse quelque chose. Ces câbles sont de vraies saletés.


-Tu peux rejouer avec ta main s'il te plaît? Annonça Faith.

-On va éviter ma chérie. Où j'en étais...Se grattant le menton avec sa main artificielle. Ah oui, la petite anecdote. Lavbèr était le genre de gars à connaître tout le monde. Un beau jour, j'ai eu tort de le mettre à dos. J'ai reçu la visite... bah maintenant c'est ta mère en fait. Elle m'a littéralement arraché mon bras. Je peux te dire que maintenant les rôles sont inversé si tu vois ce qu'je...

Il regarda sa fille. Celle-ci demanda:

-Oui père ?

-Bah...
Hésitant sur la réponse. Je te raconterai cette histoire quand tu seras plus grande. Revenons à nos moutons. J'étais mercenaire et mes clients étaient ceux du Chef de la Garde maintenant, Lavbèr. Je devais éliminer des cibles potentiellement dangereuses. Même si j'avais l'impression qu'on me racontait des bobards, c'était un gagne-pain avantageux. Je ne manquais de rien. Je naviguais entre les cinq planètes galacticaines. Je ne pouvais avoir une vraie relation sérieuse. Même si ça me déplaisait pas ! Hey ! Levant sa main droite. Give me five ! S'empressa t-il de dire à sa fille.

Celle-ci leva sa main et la frappa contre celle de Norg. Même si elle ne savait pas trop pourquoi elle le faisait, elle effectua ce claquement de main avec joie. Il reprit en enlevant son sourire, il avait l'air sérieux et triste en même temps. Il prononça d'une douce voix :

-Mais tu vois, plus les années avançaient, plus je me sentais seul. J'avais le sentiment de passer à côté de quelque chose d'essentiel. Plusieurs automnes s'écoulaient et cette sensation, émotionnel, ne faisait que ce renforcer. J'avais besoin de me retirer. Mais en ce temps là, étant mercenaire, se retirer était difficile. J'avais quand même buté pas mal de monde pour des personnages douteux et bien sur, politiquement, les clients devenaient presque intouchables. Rendre ma cape revenait à mourir. Il était nécessaire que je disparaisse.

-Comment tu as fait pour disparaître père?

-Je devais mourir...Répondit-il avec effroi.

-oooOOOH ! Mais t'es pas mort ? Tu es debout là, tu es un fantôme ! Dis-moi comment tu fais !

-Mais nan, je suis bien réel. T'es bien curieuse ma puce. Tout le portrait de son père celle là.

Un léger sourire se dessina sur sa petite tête. Il se repositionna afin de changer de jambe, il commençait à avoir des fourmis au bout de ses pieds. Confortablement installé à nouveau, il répliqua d'une voix rude :


-Voici le secret de ma mort...

Répondre