Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Faille dans notre espace-temps, sans doute créée par l'expansion du Voile.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 16 nov. 2013, 23:19

---------------------
Précédemment... Pour plus de détail, voir Guerre Anti-Corpo

Kami Raykovith et Dark-Aul s’affrontaient depuis des heures. Ils arrivaient à retourner chaque argument de l’un ou l’autre. Voulant en terminer, Dark-Aul finit par rassembler sa pleine puissance puis rejoignit ses bras devant lui pour expulser toute l’énergie accumulée. Une onde de choc électro-magnétique se fit sentir et la boule ardente partit à pleine vitesse en direction du Grand Conseiller. Mais avant qu’elle ne le touche, elle explosa comme une bombe à retardement. Des millions de particules en fusion furent alors éjectées, prêtes à cribler n’importe quel individu qui se trouverait dans les parages…

Et là plutôt que de tenter la moindre esquive, Kami Raykovith resta planté, prêt à accueillir tous ces projectiles ardents. Il fut inévitablement projeté au milieu d’un immense brasier, le buste criblé d’impacts. Dos au sol, il se releva difficilement, tremblant de toutes parts. Mais étrangement ses yeux semblaient signifier du contentement, il ne put d’ailleurs s’empêcher de rire, un de ces rires emprunts de folie.

Il riposta alors, répandant une brume surnaturelle sur le champ de bataille, tandis qu’il chargeait à une vitesse folle en direction de l’aura du Dark-Aul. Il le percuta de plein fouet dans un craquement sonore et ils traversèrent l’espace dans un maelström de couleurs.

Ils finirent leur chute quelques dimensions plus loin, s’enfonçant beaucoup plus profondément dans le Voile, si près du Centre, si près des armées de l’autre monde, du danger…

Dark-Aul était incapable de se relever suite à ce terrible choc. Kami de son côté tenta un mouvement pour se redresser, mais très rapidement une violente douleur se propageant dans son bras droit l’en dissuada.


Alors Maître Aul ? Ce paysage vous sied-t-il ?

Je l’espère vivement, car c’est ici que je vous laisse. Je vous souhaite qu’en ce lieu, votre dépendance soit votre unique souci… Mais, je n’y mettrai pas ma main au feu, ha ha ha…


Et le Grand Conseiller se téléporta à nouveau ailleurs, laissant Dark-Aul seul.



---------------------




Perdu.

Au milieu du Voile.

Sans sphère pour reprendre des forces.

Vulnérable.



...


Dark-Aul avait comme un sentiment bizarre. Il pouvait sentir des auras très sombres autour de lui se rapprocher, comme si elles jaugeaient ce nouvel arrivant. Allongé par terre, il tenta de reprendre ses esprits sans toutefois y parvenir. Il rassembla ce qui lui restait de flux magique pour faire naître un verrou psychique.

Mais déjà certains démons commençaient à tester l’efficacité de cette défense faite à la va-vite. Leurs âmes semblaient emprunts d’une noirceur sans égale. Elles tentaient de lui insinuer des pensées sombres, emplies de vices.
Dark-Aul essayait de les faire fuir mais en vain. Etait-ce en raison de son état de manque ? Il n’en savait rien. Mais il lui fallait à tout prix se sortir de cet endroit le plus rapidement possible car il ne tiendrait guère longtemps à ce rythme.

Il entrepris donc de se redresser. Sa vue était brouillée. Il ne distingua que des formes indistinctes autour de lui flottant par ci par là. Comme un tableau impressionniste ou un film 3D dans lequel on aurait oublié de mettre des lunettes pour voir.

Il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait. Il avait bien connaissance du Voile et des 17 dimensions. Mais comment faire pour se repérer ? Le duel contre Kami Raykovith avait été tellement intense qu’il lui était difficile de se souvenir du trajet qu’ils avaient bien pu faire pour se retrouver là.

Bizarrement, en faisant appel à d’autres facultés sensorielles notamment l’ouie, Dark-Aul comprit qu’il améliorait sensiblement sa vision du monde alentour . Il se rendit compte du nombre d’âmes qui le regardaient. Il y en avait des milliers peut-être des millions. Certains semblaient émettre avec plus de force que d’autres.

Il ne percevait nulle sortie. Ses pensées étaient constamment assaillies par les tentatives d’intrusion des autres démons. Combien de temps encore pouvait-il préserver son âme ? Il se sentait inévitablement faiblir…

Comme un instinct de survie, il commença alors à se frayer un chemin parmi la foule d’auras. Il avança lentement d’abord puis commença à accélérer sa course comme pour tenter d’échapper à toute cette multitude.

Mais de plus en plus de démons semblaient le dévisager. Ils étaient de plus en plus impatients et nombreux à vouloir sonder son âme. Comme des curieux insatiables qui voudraient lire jusqu’aux plus profondes de vos pensées.

Courir ne lui servait à rien. La foule s’étendait à perte de vue. Après plusieurs heures, Dark-Aul comprit qu’il n’avait aucune échappatoire possible.

La douleur devenait trop intense et, contre son gré, il finit par lâcher prise. L’un des démons réussit alors à ouvrir une brèche dans son verrou mental et s’y engouffra avec délectation, comme une soif insatiable de découvrir ce qui se cachait à l’intérieur. D’autres suivirent et Dark-Aul fut bientôt submergé par les pensées les plus noires…
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 01 nov. 2014, 11:57

La souffrance physique n'était rien comparée à la douleur mentale. Les démons le sondaient et le resondaient comme s'ils cherchaient encore et encore... comme intrigués par cet être si singulier et pourtant encore si faible. Dark-Aul éprouvait de terribles douleurs à chacune de leur intrusion psychique. Il aurait préféré cent mille fois être parcouru de spasmes en manque de fluides magiques élémentaires plutôt que de subir cette violence démoniaque qui le brûlait littéralement de l'intérieur. Il ressentait la moindre parcelle de douleur. Les démons le torturaient mentalement, lui infligeaient les pires sévices mais ne le tuaient pas. Cela ressemblait presque à un jeu dans lequel le but était de voir jusqu'où l'âme de la victime pouvait résister. Ils le sondaient, le resondaient inlassalablement et la douleur était si aigu, si puissante, si atroce... qu'elle en devenait presque jouissive...


"Personne ne t'aime... personne... persooonnne... tu n'as pas d'amis... tu n'as pas de famille... tu es seul... seul... seeuul... pourquoi continuer à les sauver... sauver... saaauuuver... ils t'ont rejeté... ils t'ont abandonné... abandonné... abandooonnnné...", lui susurrait mentalement un démon.

"S'il vous plait, laissez-moi tranquille, je ne veux pas", répondit Dark-Aul.

"Personne ne t'aime... personne... persooonnne... tu as envie de tuer... tuer... tuuueeer... tu es un monstre, tu es une erreur de la nature, tu es une abomination... abomination... abominaaatttion... ils se jouent tous de toi, ils te manipulent, ils te mentent... te mentent... te menntttent...", continua un autre démon.

"Non vous vous trompez, ils viendront me chercher, ils ne me laisseront pas tomber", se lamenta Dark-Aul.

"Si jeune et si naïf... tu as tué beaucoup de gens déjà, tu connais déjà presque tout de la mort... de la mort... de la mooorrt... mais tu ne connais rien de la vie... de la vie... de la viiiee... car ton esprit est déjà mort, ton âme est déjà perdue... perdue... perddduuue...", poursuit un troisième démon.

"Je ne suis pas perdu, je sais où je suis, je sais qui je suis!" cria Dark-Aul.

"Tu n'es personne... personne... persooonnne... tu n'es nulle part et partout à la fois, tu n'a jamais su ce que tu étais vraiment... vraiment... vraiiiimmment... qui tu étais et ce pourquoi tu étais destiné... destiné... destiiinnné...", reprit le premier démon.

"Je ne sais pas de quoi vous voulez parler. Je suis Dark-Aul, mon nom est Dark-Aul", hurlait-il.

"Qu'est-ce qu'un nom? un nom n'est rien, il ne fait pas de toi ce que tu es... tu es... tu eeees... tu es un monstre, tu es une erreur de la nature, tu es une abomination... abomination... abominaaatttion... nous connaissons tes moindres pulsions, tes moindres désirs, tes moindres cauchemars... cauchemars... cauchemmmaaars...",fit le second démon.

"Je n'ai pas peur de la mort, je n'ai pas peur de mourir !", répondit Dark-Aul.

"La mort n'est rien, la mort n'est qu'un passage vers une autre dimension... dimension... dimmmeeension... tu crois pouvoir défier la mort mais ton esprit déjà mort, ton âme est déjà perdue... perdue... perddduuue...", dit le troisième démon.

"Qui êtes-vous? que voulez-vous? pourquoi ne me tuez-vous donc pas?" interrogea Dark-Aul.

"Tu ne peux pas comprendre qui nous sommes, tu es trop faible... faible... faaaiiible... mais d'après ce que l'on vient de lire dans ton esprit, dans ton monde, on nous appelle...

...Ekelia...

...Ekelia...

...Ekeeelllia..."


Et les tortures psychiques reprirent de plus belles.
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 15 nov. 2014, 11:51

[HRP]Attention : certaines scènes décrites dans ce RP peuvent choquer le jeune public.[/HRP]




Dark-Aul avait dépassé le stade du manque. Il sentait monter dans tout son être des vagues toujours plus importantes de folie, de rage, de démence. Peut-être les démons avaient-ils raison? Il était peut-être déjà mort sans le savoir? Après tout, depuis trop longtemps, il n'avait pas reçu de fluides magiques élémentaires pour se ressourcer. Se pouvait-il que ce qu'il voyait de son corps à présent ne soit qu'une illusion, une vue de l'esprit et que son enveloppe charnelle ait pourrie jusqu'à la moelle? A moins que tout cela ne soit qu'un cauchemar?

Mais le réveil se faisait attendre dans ce cas et il aurait donné n'importe quoi pour se réveiller... la souffrance, terrible et insupportable, était quant à elle bien réelle. Comme une aiguille qu'on vous aurait planté dans le cerveau et qu'on aurait tournoyé dans tous les sens afin d'en palper chaque centimètre de lobe. La douleur psychique infligée par les démons était si intense qu'elle paralysait l'ensemble des muscles de Dark-Aul. Tout être normalement constitué serait tombé immédiatement dans le coma depuis bien longtemps. Mais Dark-Aul n'était pas tout à fait humain...



"Tant de questions... questions... quessstttions sans réponse... mais souhaites-tu vraiment connaitre la vérité? vérité... vériiittté... heureux sont les ignorants... ignorants... ignooorrrants..."

"Quelle vérité? De quoi voulez-vous parler?"


Mais il n'eut pour seule réponse qu'une nouvelle décharge psychique. Les démons s'amusaient avec lui. Ils pénétraient encore et encore dans son esprit et contrôlaient l'ensemble de son système cérébral. Ils l'obligeait à envoyer des signaux électriques dans l'ensemble de son corps et commandait de cette manière ses différents gestes. Ils commencèrent à le faire marcher avant de l'obliger à tomber raide par terre. Dark-Aul se brisa le nez et plusieurs côtes. Les démons le firent se relever pour de nouveau le faire tomber.

Ce jeu dura à plusieurs reprises jusqu'à ce que l'ensemble de la cage thoracique soit complètement endommagée. Les trois Ekeliens arrêtèrent alors ce manège et touchèrent Dark-Aul simultanément pour guérir ces blessures. Les côtes se reconsolidèrent, le nez fut réajusté, les hémorragies furent arrêtées.

Quand le corps de Dark-Aul fut rétabli, les démons entamèrent un autre jeu. Ils l'obligèrent avec les mains à démonter ses propres genoux et ses propres chevilles. Les articulations étaient en miettes, les os de ces jambes en partie sortis. Les trois Ekeliens remirent ensuite en place les différentes articulations avant de nouveau à l'obliger à s'auto mutiler genoux et chevilles.

Si la douleur physique était intense, elle n'était rien comparée aux tortures psychiques. L'esprit de Dark-Aul était parallèlement submergé en continu de pensées obscures, ignobles, insupportables. Tantôt, les démons lui transmettaient des images atroces, tantôt ils s'amusaient à transformer sa mémoire, ses souvenirs, son âme. Les souffrances étaient incommensurables.


"Tu es si faible... si faible... si faiiibbble..." susurra le deuxième démon.


Les démons s'apprêtaient à plonger Dark-Aul dans un bain de braises lorsqu'un quatrième Ekelien fit son apparition.


"Vous aussi vous êtes faibles... regardez-vous, vous vous divertissez comme des enfants... le jeu, c'est pour les faibles... finissez-en avec lui."

"Oh c'est dommage, on s'amusait bien..."

"Cela suffit. Par ordre du Maitre Demon, veuillez tuer ce... ce... cette chose."

Les trois démons se regardèrent. Ils hésitèrent longuement et finalement l'un d'eux se dévoua. Il obligea Dark-Aul à prendre son propre cou à deux mains et commença à serrer de plus en plus afin qu'il s'étrangle et se brise le tronc cérébral. Dark-Aul tentait par tous les moyens de résister mais ses propres doigts refusaient de lui obéir et il sentait ses mains se refermer lentement sur son rachis juste derrière son cou. Le démon l'obligea finalement à s'infliger le coup de grâce et Dark-Aul sentit la vie le quitter. Son corps retomba lourdement par terre et un Voile blanc commença à s'approcher.
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 17 nov. 2014, 22:37

Un épais manteau blanc se posa partout autour de lui et finit par entièrement le recouvrir… Dark-Aul essaya de bouger mais rien ne se passa. Il tenta alors de regarder ses bras mais il ne voyait que du blanc et encore du blanc… son corps avait disparu… les démons avaient disparu… tout avait disparu… seul restait ce blanc.

S’il ne savait pas ce qu’il était advenu de son corps, il lui semblait pourtant que son esprit n’était pas mort.



"La mort. Qu’est-ce que la mort ? Suis-je complètement mort quand je suis mort ? Mon esprit « vit »-il encore ? Ils se posent toujours ces mêmes questions lorsqu’ils traversent le Voile blanc, avec ce doux espoir d’être encore en vie. Comme une sorte d’instinct de survie, comme s’ils étaient uniques et qu’un heureux hasard les aurait maintenu en vie. Car ils ne peuvent imaginer que leur temps est définitivement et à jamais révolu, qu’ils ne « reviendront » jamais à la vie."


Dark-Aul « regardait » partout autour de lui, cherchant l’origine de ces paroles. Mais il ne voyait que du blanc et encore du blanc. Il n’avait aucune idée d’où il se trouvait et encore moins de la personne qui avait prononcé ces mots.


"Où suis-je ? Qui me parle ? C’est la deuxième série de questions qu’ils se posent tous après n’avoir eu aucune certitude sur leur mort. Comme s’il leur était indispensable d’avoir des réponses, comme s’ils avaient soifs de connaissance, comme s’ils devaient forcément mener une enquête pour se persuader d’être encore en « vie ». Car ils ne peuvent se résoudre alors que leur temps est définitivement et à jamais révolu, qu’ils ne « reviendront » jamais à la vie."


Dark-Aul essaya alors de parler, de répondre mais aucun son ne sortit. En même temps, il réalisa qu’il n’avait plus de corps et donc par définition plus de bouche capable d’émettre le moindre son. Mais pourquoi alors cette mystérieuse personne pouvait lui parler et pas lui ? Comment cela était-il possible ? Après tout il pouvait « écouter », il devrait donc pouvoir parler.


"Pourquoi suis-je incapable de parler ? Pourquoi puis-je « entendre » mais pas sentir ? C’est la troisième série de questions qu’ils se posent tous après l’incertitude sur la mort et l’ignorance de leur environnement. Comme s’il leur fallait donner un sens à tout cela, comme si tout cela ne pouvait être qu’une vaste blague, qu’une impossibilité logique."


Dark-Aul était dans le flou le plus total. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il aurait voulu s’exprimer, il aurait voulu sentir, il aurait voulu comprendre. Mais il n’y avait que du blanc et encore du blanc. Pourtant il avait conservé sa capacité à raisonner mais aussi sa mémoire. Il se souvenait de tout ce qu’il avait vécu et enduré jusqu’à son dernier souffle avant de s’écrouler comme une poupée de chiffon sur le sol. Mais depuis lors, seul ce blanc occupait l’espace. Et cette voix qui intervenait d’où il ne savait où… Etait-ce cela la mort ? être confiné dans ses pensées dans un blanc infini ?


"La mort. Qu’est-ce que la mort ?..."





Au même moment dans la dimension ékélienne…


"Vous êtes surs qu’on a bien fait de le tuer ?" demanda le premier démon tout en contemplant le corps sans vie de Dark-Aul.

"Tu as vu comme nous tous ce qu’il peut devenir", répondit le deuxième démon.

"Et si on se trompait ?" questionna le troisième démon.

"On ne se trompe pas, il utilisera ses pouvoirs et reviendra à la vie", fit le quatrième démon.
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 24 nov. 2014, 23:44

"La mort. Qu’est-ce que la mort ? Suis-je complètement mort quand je suis mort ? Mon esprit « vit »-il encore ? Ils se posent toujours ces mêmes questions lorsqu’ils traversent le Voile blanc, avec ce doux espoir d’être encore en vie. Comme une sorte d’instinct de survie, comme s’ils étaient uniques et qu’un heureux hasard les aurait maintenu en vie. Car ils ne peuvent imaginer que leur temps est définitivement et à jamais révolu, qu’ils ne « reviendront » jamais à la vie."


Cette voix résonnait dans sa tête (ou ailleurs, il n'en savait strictement rien). Elle répétait encore et encore les mêmes flots de parole. Dès qu’il commençait à s’interroger, à démarrer une phrase par : quoi ? où ? pourquoi ? comment ? la voix reprenait son discours. Elle débitait inlassablement son texte quasi au mot près. Mais comme était-ce diable possible d’entendre cette voix sans pouvoir faire quoi que ce soit d’autres, hormis contempler ce blanc pur et immaculé ? Il n'eut pas le temps de s'interroger plus longuement que la voix reprit son sempiternel discours :


"Pourquoi suis-je incapable de parler ? Pourquoi puis-je « entendre » mais pas sentir ? C’est la troisième série de questions qu’ils se posent tous après l’incertitude sur la mort et l’ignorance de leur environnement. Comme s’il leur fallait donner un sens à tout cela, comme si tout cela ne pouvait être qu’une vaste blague, qu’une impossibilité logique."


Dark-Aul aurait voulu crier. Il aurait voulu hurler pour que cette voix cesse de parler. Il aurait voulu appeler au secours, il aurait voulu courir loin d’ici. Mais il en était incapable.

Et soudain, sans qu’il fasse quoi que ce soit, le Voile blanc tout autour de lui flotta. Celui-ci oscilla très lentement puis progressivement les ondulations se firent plus intenses et devinrent de petites vagues. Des formes de plus en plus distinctes apparurent, comme une peinture impressionniste qui aurait gagné en clarté. Il n’y avait pour autant ni couleur, ni texture, juste des perturbations dans le Voile blanc. Une pièce commençait à se matérialiser et Dark-Aul aperçut alors une horloge, une chaise, une table, une plante, un oiseau dans une cage et toutes sortes d’objets divers. La porte s’ouvrit, un homme entra. Son regard se porta directement sur Dark-Aul. L’homme était visiblement très en colère et gueula :


Elle est passée où encore ta mère ?

L’homme se précipita sur Dark-Aul. Ses mains l’attrapèrent et le secouèrent avec véhémence de droite à gauche. La pièce en Voile blanc gigota dans tous les sens tel un tremblement de terre de forte magnitude mais aucun objet ne tomba par terre. Les bras relâchèrent soudain l’étreinte et Dark-Aul retomba violemment sur le sol. Lorsqu’il se releva, l’homme franchissait le couloir opposé et fracassa du poing une porte dans une pièce adjacente. Au moment même où il se précipita à l’intérieur, une voix de femme retentit :

Ahhhh

Des bruits de verre se firent entendre. D’où il était, Dark-Aul ne pouvait rien voir. Il était resté dans la première salle. Il aurait voulu s’approcher pour aller voir ce qu’il se tramait dans la pièce voisine mais il en était incapable. Pire, il était désormais caché derrière ce qui semblait être un petit sofa. Les cris de la femme s’intensifiaient. Des bruits de pas résonnèrent et des dizaine de coups de poing firent vibrer les murs jusqu’à ce qu’un impact sourd retentisse. Un silence règna ensuite durant quelques secondes avant que l’homme ne réapparaisse du couloir. Il se dirigea à nouveau vers Dark-Aul qui hurla d’un ton aigu de fille :

Hiiiiiii

Dark-Aul courut vers la porte pour tenter de s’échapper mais l’homme s’interposa. Il l’attrapa à nouveau avec vigueur et le souleva du sol.
Dark-Aul se débattait tant bien que mal mais il lui était impossible de se dégager de son emprise. Le visage de l’homme semblait perdu :


Ma chérie, je suis désolé, je ne voulais pas. J’étais désespéré, je ne sais pas ce que j’ai fait. Mon dieu mais qu’ai-je fait ? Je ne suis pas un méchant père. Je t’aime ma chérie.


Dark-Aul pleurait comme une fillette mais petit à petit il réussit à sécher ses larmes et dit d’une voix d’enfant :


Tu as… tu as… tu as… maman... maman...

Ma chérie, regarde moi, je te jure, je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Je n’étais pas moi-même… je… je…

Tu es un monstre, je te hais…

Il faut que tu me pardonnes ma chérie, je suis désolé, je ne voulais pas…

Lache-moi, je veux partir !


L’étreinte était de plus en plus forte.


Je ne peux pas te laisser partir ma chérie adorée. Tu es mon unique petite fille. Tu es tout ce qu’il me reste.

Je veux partir, je veux partir, laisse moi m’en aller.

Ma chérie, tu ne peux pas me demander ça... si tu pars, je ne survivrais pas. Je… je… je ne peux pas te laisser partir…

Aie, tu me fais mal.

Dark-Aul ne ressentit aucune douleur mais il continua à répéter d’une voix d’enfant :

Arrête, tu me fais mal. Lache moi ! A l’aide ! A l’aide ! Au secours !

Ma chérie, o ma chérie, s’il te plait, tais-toi, ne m’oblige pas à faire ça…

Un regard de désespoir se lisait dans le visage de l’homme. Des larmes coulaient sur ses joues. Il serrait toujours plus fort et répétait :

Non, je ne peux pas, je ne peux pas… il ne faut pas que tu partes…



Le son semblait de plus en plus lointain. La vision devint trouble et les ondulations du Voile s’aplatirent à nouveau jusqu’à redevenir d’un blanc pur et totalement uniforme.
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 29 nov. 2014, 00:03

Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Dark-Aul peinait à reprendre ses esprits et une multitude de nouvelles questions l’assaillaient. Il était comme rentré dans la tête de cette petite fille sans qu’il fasse quoi que ce soit. Il s’était retrouvé dans sa tête à vivre ce qu’elle avait vécu. L’espace d’un instant, il était presque « devenu » cette petite fille sans qu’il puisse rien y faire, sans qu’il puisse changer quoi que ce soit. Comment était-ce possible ? Pourquoi s’était-il retrouvé dans la tête de cette enfant ? Etait-ce un rêve ?


"Pourquoi suis-je incapable de parler ? Pourquoi puis-je « entendre » mais pas sentir ? C’est la troisième série de questions qu’ils…"


Dans ce Voile blanc infini, la Voix avait repris son discours mais Dark-Aul n’y prêta guère attention. Il était trop obnubilé à comprendre ce qui venait de se produire. Il retourna dans sa tête une fois, deux fois, trois fois… ce qui s’était passé mais ses questions restaient décidemment sans réponse. Pourquoi s’était-il retrouvé dans la tête de cette petite fille ? Pourquoi être rentré dans son esprit pour vivre les dernières minutes de sa vie ? Etait-elle quelqu’un d’important ? A moins que ce ne soit sa mère ?

Dark-Aul était plongé dans ses réflexions lorsque le Voile se mit à nouveau à osciller. Les oscillations grandirent progressivement et devinrent des tremblements plus prononcés qui eux-mêmes se transformèrent en mouvements plus distincts prenant diverses formes. Rapidement, Dark-Aul distingua les contours d’un casque, d’une visière et d’un cockpit d’avion. L’appareil était en train de voler. Il ressemblait fort à un chasseur nucléaire mais de taille plus petite et doté d’une technologie embarquée assez rudimentaire. Des dizaines d’autres vaisseaux lui faisaient face.



Bravo leader, ici Armageddon, leur champ de protection a été désactivé. Vous avez le feu vert.


Sans qu’il décide quoi que ce soit, Dark-Aul pianota quelques touches sur le panneau de contrôle du vaisseau et ce dernier partit en trombe droit sur la flotte ennemie. Des perles de sueur coulaient le long de ses joues. Il sortit de l’une de ses poches une photo. Il embrassa la femme sur la photo et la remit soigneusement dans sa poche.

Quelques secondes plus tard, les premiers tirs étaient échangés. Dark-Aul toucha rapidement un puis deux chasseurs ennemis avant d’être pris en chasse par une escadrille. Il fit virevolter l’appareil et empoigna le manche pour effectuer un looping. Il ne cessa ensuite de modifier sa trajectoire alternant les virages de dégagement et les tonneaux barriqués afin de se dégager du feu ennemi. Dans le même temps, il continuait à tirer dès qu’il en avait l’occasion. Ainsi, il avait détruit trois autres chasseurs et avait pu se retrouver derrière un quatrième grâce à une manœuvre en ciseaux. Ce dernier n’eut pas le temps de se dégager et fut abattu aussi sec.

Dark-Aul pilotait l’appareil de manière hors pair. Le vaisseau semblait lui obéir au doigt et à l’œil. Dès qu’un chasseur ennemi semblait en position pour l’abattre, Dark-Aul effectuait encore et encore des manœuvres d’évitement ou activaient diverses contre-mesures. Il décima de cette manière progressivement l’escadrille jusqu’à ce que tout un bataillon n’arrive. C’est le moment choisi par Dark-Aul pour virer complètement de bord et les contourner sur leur gauche. Lui-même n’avait aucune espèce d’idée de ce qu’il faisait avant qu’il n’aperçoive, derrière la flotte de chasseurs ennemis, une sorte de base stellaire. Il activa les retro-fusées et dirigea son chasseur nucléaire droit sur le vaisseau-mère. Sur l’un des flancs de ce dernier, une ouverture était visible. Dark-Aul fit entrer son appareil à l’intérieur et poursuivit son chemin à travers un immense réseau de galeries. Sur son écran radar, une route toute tracée semblait lui indiquer la marche à suivre.

Poursuivi par des chasseurs ennemis, il chemina ainsi à droite à gauche. Les tirs de ces derniers se rapprochaient inlassablement. Les bras de Dark-Aul commençaient à se crisper sur le manche. Une rafale vint perforer la queue et l’appareil commença à partir en vrille. Alors qu’il avait le feu au cul, Dark-Aul se cramponna coûte que coûte jusqu’à arriver au cœur du réacteur principal et envoyer deux énormes ogives. Une explosion gigantesque se produisit alors et une boule de feu consuma tout l’appareil.

Le Voile blanc redevint normal et immaculé. Toute forme du vaisseau avait disparu. Il ne restait plus qu’un blanc parfaitement limpide. Quoi que pas pour très longtemps. En effet, de nouvelles oscillations apparurent et instantanément Dark-Aul se retrouva dans la peau d’un homme relativement âgé. Emmitouflé dans un maigre manteau, il était couché sur un trottoir enneigé. Son corps grelottait de froid. La neige le recouvrait en partie. Dark-Aul aurait voulu se relever mais il en était incapable. Il ne sentait plus ses jambes comme si elles étaient paralysées. Les gens passaient devant lui sans le voir. Il peinait à bouger la tête et a articulé le moindre son.



Sssss….iiii…llll…vvv…ooo…uuu…


Il tentait de demander aux passants une quelconque aide. Il aurait donné n’importe quoi pour avoir un plat chaud, une couverture et même un simple regard ou un sourire afin de réchauffer son cœur. Mais il avait beau essayer de parler, les mots ne parvenaient pas à sortir de sa bouche. Tous ces efforts semblaient vains. Il avait lutté tant de mois durant dans la rue. Une nouvelle nuit glaciale s’annonçait et sa température corporelle était déjà en train de baisser dangereusement.

Il était désormais seul sur le trottoir. Avec cet hiver rigoureux, les habitants étaient terrés chez eux dès le milieu d’après-midi. Les heures passaient, le soleil se coucha et Dark-Aul entra lentement en hypothermie. Le froid l’anesthésiait petit à petit et l’empêchait de bouger désormais la totalité de son corps. Entendant des bruits de pas, il s’efforça d’ouvrir les yeux dans un ultime effort. Des gens rentrant d’une soirée bien arrosée passèrent à côté de lui en titubant. L’un d’autre eux avait encore une bouteille de saké au quart remplie. Dark-Aul tenta de l’interpeller en clignotant les yeux mais l’homme complètement ivre continua tant bien que mal son chemin. Dark-Aul le regarda partir et ferma les yeux.

Le Voile blanc limpide et immaculé se manifesta alors pendant un court instant avant de se transformer encore une fois. Des barreaux de prison apparurent et Dark-Aul entra dans la tête d’un surveillant pénitencier. Il patrouillait comme chaque matin dans l’ensemble de l’établissement carcéral. Il passa rapidement plusieurs cellules avant de s’arrêter devant l’une d’entre elles. Il regarda avec insistance et envie la femme qui se trouvait à l’intérieur. Assise sur son lit avec un regard aguicheur, celle-ci lui souriait et laissa découvrir ses jambes de mannequin. Elle avait un corps de rêve et était vêtue d’une jupe courte qu’elle réajusta un peu plus haut encore pour l’occasion. Comme à chaque fois, le garde était envoûté et ne pensait plus à rien d’autres. Il s’approcha des barreaux pour mieux la contempler. Celle-ci se leva alors doucement du lit et se dirigea vers lui. Elle ne le quittait pas des yeux et fit virevolter sa coiffure à mesure qu’elle avançait. Plus que quelques centimètres… plus que quelques millimètres… et un contact physique s’établit entre eux… avant qu’un couteau ne vienne transpercer l’abdomen de Dark-Aul… et que le Voile blanc ne redevienne normal.


Quel était donc le lien entre toutes ces personnes ? Cette petite fille tuée par un père violent… ce pilote hors-pair tué dans une opération suicide pour détruire la flotte ennemie… ce sans abri qui meurt de froid… et maintenant ce garde tué par une détenue…


Qu’avaient ces personnes de si particulier ? Hormis le fait qu’elles…


Qu’elles…


Qu’elles…


Qu’elles soient mortes ...mortes... mortes



"La mort. Qu’est-ce que la mort ? Suis-je complètement mort quand je suis mort ? Mon esprit « vit »-il encore ? ..."

Comme une révélation, Dark-Aul commençait doucement à comprendre. Il commençait à comprendre pourquoi il se retrouvait dans la peau de ces gens décédés, pourquoi il revivait les quelques minutes qui avaient précédé leur mort. Cette idée lui semblait presque logique désormais. Lui même étant mort, il avait accès aux souvenirs de tous les autres morts de tous les univers confondus, de toutes les dimensions confondues. Comme s'il était entré dans une immense mémoire collective… la mémoire des morts…

Mais dans le même temps, Dark-Aul venait aussi de comprendre que cela impliquait une terrible contrepartie. Car au moment même où il a basculé dans le monde des morts, il a perdu sa singularité d’être vivant. Ses souvenirs ont fusionné dans un tout. Il n’a plus de caractère propre. Tout ce qui faisait de lui un être unique était voué à disparaître dans ce royaume des morts…
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 30 nov. 2014, 10:32

Allait-il revoir les derniers instants de vie de tous ceux qui étaient morts ? les uns après les autres ? sans discontinu ? Mourir signifiait-il « être condamné à revivre la mort de tous les autres » ? Cette seule pensée le terrifia. Mais une autre pensée plus terrible encore le terrifia davantage : se retrouver dans la peau des autres était une chose, mais que ses souvenirs, que son « moi » disparaissent dans un tout, qu’ils ne lui appartiennent plus, lui étaient difficiles à accepter. Allait-il petit à petit perdre conscience de son moi intérieur ? Allait-il petit à petit sombrer dans le néant du royaume des morts ?


"La mort. Qu’est-ce que la mort ? Suis-je complètement mort quand je suis mort ? Mon esprit « vit »-il encore ? ..."


Le Voile blanc limpide et immaculé se transforma à nouveau et cette fois-ci, Dark-Aul se trouva sur un lit d’hôpital. Il était faible et à bout de force. Autour de lui, des gens tristes le regardaient. Surement des proches… sa femme, ses enfants, ses petits-enfants… Son regard semblait comme perdu dans le vague, sa respiration devint de plus en plus en lente. Il n’avait pas mal, un anesthésiant puissant semblait lui avoir été injecté. Son cœur lâcha enfin après une ultime bouffée d’oxygène.


Le Voile blanc limpide et immaculé réapparut alors avant d’osciller de nouveau.

Dark-Aul entra dans la peau d’une jeune femme. Celle-ci était assise dans une salle de maquillage-coiffure. Des préparateurs s’affairaient autour d’elles comme des mouches volantes autour d’un gâteau. Une costumière l’aida à se relever et lui fit enfiler une jolie robe de satin bleu. La coiffeuse réajusta ensuite le col et les cheveux et vint lui passer autour du cou, un joli collier de perle. Deux gardes surgirent alors et vinrent la transférer dans une autre pièce. Dark-Aul n’eut d’autres choix que d’obtempérer docilement. Il traversa plusieurs couloirs. Relevant par moment la tête, il put lire sur les portes des petits écriteaux : « Clone AB134 », « Clone AB135 », « Clone AB136 », etc. Les couloirs semblaient mener à d’autres couloirs qui eux-mêmes menaient à d’autres couloirs encore plus vastes. Tout cela semblait former un gigantesque réseau. Bifurquant dans un autre couloir, Dark-Aul aperçut un autre garde posté là en surveillance. Il portait un uniforme sur lequel était accroché une broche distinctive entre toutes sur sa poitrine. Il reconnut immédiatement le Léviathor rouge, symbole de l’organisation léviathanique.

Dark-Aul fut emmené jusqu’à une cellule de prisonnier. Les gardes le firent entrer et refermèrent immédiatement la porte derrière lui. Un second sas s’ouvrit alors devant lui laissant découvrir une scène apocalyptique. Un jeune homme se tenant debout au milieu de la pièce était entouré d’un amoncellement de cadavres. L’odeur de la chair en décomposition fit suffoquer Dark-Aul. Le jeunot lui fit un sourire et en un centième de seconde arriva à sa hauteur. Il le souleva par le cou. La robe de satin flotta légèrement dans les airs. Avant qu’il ne le tue, le néon installé au plafond éclaira brièvement le visage du jeune homme, juste assez pour découvrir son identité :

il s’agissait de Dark-Aul lui-même.

Ou plutôt de Christ-Aul adolescent lorsqu’il était incarcéré au Léviathan, nourri de chair humaine…


Le Voile devint à nouveau limpide et immaculé. Dark-Aul venait de revivre la mort de l’une de ses victimes.




[HRP : pour plus de détails sur la jeunesse de Dark-Aul/Christ-Aul, je vous invite à lire ou à relire :Christ-Aul deviendra grand]
Image

Avatar de l’utilisateur
Kafelor
Messages : 2701
Inscription : 12 nov. 2008, 23:43

Re: Dark-Aul dans les profondeurs du Voile...

Message par Kafelor » 15 déc. 2014, 23:03

[HRP : le texte contient des passages écrits il y a plusieurs mois par Isaac Tadesh afin de réhabiliter le background. Un grand merci à lui pour ce travail de synthèse de qualité :)]



Les distorsions du Voile blanc s’enchaînaient encore et encore…

… ici un mafieux de l’espace qui s’était fait buter par un autre mafieux…

…là un ivrogne qui gagna au bras de fer mais se prit une balle…

…là encore une femme qui mourra d’un accident de chars…

…là encore une jeune demoiselle qui perdit l’équilibre en enfilant sa robe et se cogna mortellement la tête contre le rebord de son lit…

…là enfin un vieil homme tomba raide mort en voulant attraper ses pieds pour se gratter…

Dark-Aul entrait à chaque fois dans le corps de la personne peu de temps avant sa mort. Il commençait presque à s’habituer de cet état de fait. Les scènes macabres se suivaient les unes après les autres. Il ne voyait presque plus le Voile blanc. Il s’enfonçait dans le monde des morts. Aucune logique, aucun lien entre toutes ces personnes ne se dégageait de tout ça. Dark Aul revivait simplement la mort de ces gens de manière totalement aléatoire.

Une sorte de résignation commençait à s’emparer de Dark-Aul. Il semblait n’y avoir aucun moyen pour sortir du monde des morts… jusqu’à ce qu’il entre dans le corps d’un homme grand, barbu, vétu d’une grande cape bleu brodé de motifs en forme de lune…

Dark-Aul, ou plutôt l’homme qu’il était devenu l’espace d’un instant, porta un pupitre numérique jusqu’au centre d’une sorte de bibliothèque. Il courut sur sa gauche comme pressé par le temps et attrapa un petit stylo qu’il commença à manier avec dextérité pour y écrire ceci :


Isaac Tadesh a écrit :PRÉSENTATION DE NOTRE UNIVERS

Outre notre monde tel que nous le connaissons, il en existe 17 autres au-delà de ce que l'on nome "le Voile".

Ces autres mondes sont ce que l'on pourrait appeler des "réalités parallèles" à la nôtre : les mêmes planètes, les mêmes saisons, mais tout est différent.

La plupart sont bien plus civilisés, autrement plus évolués que le nôtre. les races qui les habitent sont également très différentes de celle des humains. Les humains sont d'une façon générale la race "la plus faible" d'entre toutes. Que ce soit technologiquement, intellectuellement, physiquement, ou spirituellement. Par contre, un doute subsiste en ce qui concerne la force morale. Il semblerait effectivement que cette caractéristique que chacun d'entre nous développe inégalement -c'est à dire de façon unique- soit assez peu répandue des autres côtés du Voile et soit un aspect de l'être humain qui semble rester une curiosité peu appréhendable pour ces autres races.

D'après les récits et les documents les plus anciens qu'il est possible de trouver dans l'univers connu, il semblerait que seul l'étrange ville de Lieventa est commune aux 17 autres mondes et au notre. Absurdité du destin ou coïncidence calculée, sciemment non fortuite? Ceci est une autre question, une histoire particulière sur laquelle nous ne reviendrons point ici.


LES DIFFÉRENTS MONDES

Parmi les 17 mondes par-delà le voile, des écrits font état de 2 mondes particuliers:

L'un est appelé "la dimension centrale", c'est la plus mystérieuse et la plus inaccessible de toute, on ne peut y accéder comme les autres, elle renferme de grands secrets et une grande quantité d'informations propre à rendre fou la majorité de ceux qui s'y aventurent.... et survivent aux innombrables dangers mortels qui la peuplent.

L'autre serait ce que l'on pourrait communément appeler "le monde des morts", c'est là où vont les esprits de ceux qui meurent dans les autres mondes. Mais pas tous. Seuls les esprits assez forts pour ne pas être emportés ou désagrégés dans les méandres des flux du Voile arrivent dans cette dimension. En fait, on ne sait que peu de choses sur le devenir de ceux qui n'arrivent pas dans le monde des morts. Leur annihilation est plus une supposition qu'un fait avéré.
Quoiqu'il en soit, les Lois de la physique telles que nous les connaissons ne sont pas les mêmes dans le monde des morts - comme dans toutes les autres dimensions d’ailleurs - et l'esprit d'une personne défunte arrivée jusque-là a assez de force pour s'y matérialiser.


LE VOILE

Il y a un grand nombre de moyens de parcourir le Voile entre les 17 mondes ; via l'esprit, des portails, la magie, des livres, la technologie ou encore tout autre moyen de déplacement d'un monde à l'autre. Il en existe une multitude…
Mais passer le Voile, dans un sens ou dans un autre, est une chose ardue. Deux dimensions sont particulièrement restreintes en terme d'accès et de circulation à travers le Voile : la dimension centrale, mais surtout la nôtre.
S'il est relativement facile de passer d'une des 17 autres dimensions à une autre dimension que la nôtre, quitter ou venir dans notre dimension est une tout autre histoire.

Il y a à ce jour 2 moyens connu de passer le Voile qui sépare notre dimension des autres.

-La première est de mourir... et d'avoir l'esprit assez fort pour arriver dans la dimension des morts où, au prix de nos souvenirs et de tout ce qui fait que notre personnalité est unique, nous acquérons les pouvoirs nécessaires pour pouvoir y "survivre". Les plus chanceux et les plus doués devenant même capables de voyager à travers les 17 mondes.
Des légendes racontent également qu'il existerait quelques êtres exceptionnels de l'autre côté du Voile qui n'auraient pas succombé au pouvoir du démon et seraient restés maîtres d'eux-mêmes et de leur identité.
Toutefois, il semblerait que si un être venait à mourir de nouveau, son esprit s'étant matérialisé, il ne pourrait plus s’enfuir à travers le Voile et il périrait comme nos corps physiques le font ici. La personne -ou ce qu'il en reste- disparaîtrait alors pour de bon, de façon irrémédiable.

-La seconde façon est sous de nombreux aspects, bien pire que la première: le Shadowsong.
Lorsque les 5 sphères des 5 éléments sont réunies, et qu'un individu doté d'une grande connaissance des arcanes magiques réunit assez d'énergie, alors le Shadowsong peut être entonné.
Ce chant magique mythique est l'un des plus puissants mais aussi des plus terribles sorts de la galaxie, puisqu'il permet de déchirer le Voile séparant notre monde du monde des morts.
Par 2 fois déjà, il a été chanté par le passé. La première fois, il entraîna l'invasion de notre monde par un déferlement de troupes démoniaques de l'autre monde, la seconde fois, ce fut l'Ekelia dont la puissance inimaginable, une force démoniaque corruptrice, faillit souiller tout notre monde. Il s'en fallut de peu cette fois là, que la totalité de l'univers ne tombe sous sa coupe.

Notes: les habitants dominant la dimension des morts ont en général pour vœu et pour but ultime de revenir vers notre dimension. D'aucun disent que ce sont les esprits des défunts mus par une volonté d'attachement à ce qu'ils furent, qui souhaitent revenir dans l'espoir de se dénuder ou de se satisfaire de leur vie passée qu'ils ont laissée derrière eux.
Cela leur est impossible. Du moins, à eux seuls.

Depuis qu'eut lieu la dernière déchirure de l'époque de l'Ekelia, tout inciterait à penser que le Shadowsong s'est complexifié afin de ne pas réitérer les erreurs du passés, et en plus des 5 Sphères élémentaires, il faudrait désormais aussi compter aujourd'hui sur la présence d'un(e) Élu(e)...


LES SPHERES

Il existerait au moins une dizaine de sphères magiques, dont 5 se trouvent actuellement dans notre monde. La sphère de l’eau, de la terre, du feu, du bois et du métal forment les 5 sphères élémentaires. Si elles ont chacune leurs caractéristiques physiques propres, elles semblent mystérieusement s’attirer les unes les autres. Il est préférable qu’elles restent dans notre dimension, un déplacement de sphère peut en effet provoquer des cataclysmes et entraîner d’éventuelles distorsions incontrôlables au sein du Voile.

D’autres sphères sont disséminées dans d’autres mondes. La sphère de la vie, de la mort et du temps sont les trois plus puissantes d’entre elles. La sphère de la vie permet de redonner souffle à tout être vivant quel qu’il soit et où qu’il soit. Elle doit toutefois être utilisée avec précaution car

BANG


L’homme n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Il venait de se prendre une balle de ManaGun en pleine tête.
Image

Répondre