Ou sont donc nos jeunes années ?

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Général Shetanus
Messages : 19
Inscription : 27 août 2019, 15:55

Ou sont donc nos jeunes années ?

Message par Général Shetanus »

Une nouvelle ère commence, ou peut être la fin ?

Maladie, faim, pauvreté, tristesse d'une vie perdue dans le grand froid glacial Galactien. Ou sont-ils tous ?

Le temps ne s'arrête donc jamais. Pourquoi cette incertitude et ses doutes qui me traverse l'esprit au point de me demander ce que je suis venu faire dans autant de délabrement.
Une maison ou il ne reste que les murs, une prison à ciel ouvert ou il ne se passe rien. Je peux apercevoir les autres planètes au milieu de ce vide sidérale par l'encadrement mais il n'y a plus de fenêtre.
Des millions d'étoiles scintillent tel un diamant taillé mais le toit n'existe plus alors que je me trouve exactement au même emplacement qu'il y a plusieurs décan mais mon horizon a changé.

Ou sont passés ses magnifiques constructions, cette population écliptique riche en couleurs qui déambulaient dans ses couloirs, rien que du vide et de l'air polluée, pourtant il y a pas si longtemps des voix solennelles s'élevaient dans sa voute céleste et ce n'est que silence et cimetière.
Mais alors, je fais quoi ici au milieu de ce chaos, pourquoi une fois encore je suis revenu comme un zombie cherchant le sang et une nouvelle victime. Il y a personne pour le sustenter, personne à mordre pour le corrompre à sa cause.

Je suis là au milieu de nulle part et j'appelle, un cri de détresse dans le néant.


Hé ohhhhhhh, y a quelqu'un ?

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
LeChat Machine
Messages : 4
Inscription : 26 janv. 2023, 01:24

Re: Ou sont donc nos jeunes années ?

Message par LeChat Machine »

Houuuuhouuuu oui Miaouuuuu y a quelqu'un ici dans le le trou, cherche l'oiseau qui me nargue depuis un moment et tu trouveras...

Image

Je suis pas très grand et je me cache pour chasser les tâches, houhou dans le trou de la bouche, dans le robot parterre devant toi à 2 mètres de ta position, faut que je t'envoie les coordonnées pour que tu arrives à me voir, le minou pourtant en général vous trouvez plus vite le minou, houhou.

Image

Yahhhhh voilà, mangez le piafffff, bien fait, bonjour Monsieur tu es qui toi ? Moi c'est Machine Lechat, non Lechat c'est mon nom de famille je viens de la planète Félin, tu connais ?
Sur ma planète, on fait la lessive sans arrêt, on utilise la Calgonite, une pierre qui nous sert de savon et on est que des femelles, miaouuuu la chance que tu as.
On lave on lave on lave jusqu'à ce qu'il aille plus de tâches mais les tâches c'est comme les cons on arrive pas à s'en débarrasser alors on lave toute notre vie de chat.

Tu es perdu Monsieur, tu as perdu ton chemin on dirait que tu es bien seul ?

Ici y à personne enfin presque juste un gardien, un vieux bonhomme bouffeur de minette qui se cache dans les ruines. Un peu comme un concierge il fait le ménage et il recycle tous ce qui est bon pour lui il habite dans un vieux vaisseaux au fond des jardins tu verrais la gueule du vaisseaux mais il l'a bien arrangé à l'intérieur c'est coquet y a même la lumière et de la musique, j'y vais de temps en temps en cachette parce il me fait peur, il est un peu fada.
Et toi tu cherches quelqu'un, tu t'es perdu ?
Dernière modification par LeChat Machine le 26 janv. 2023, 16:42, modifié 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
flamme
Messages : 1244
Inscription : 23 févr. 2008, 15:11

Re: Ou sont donc nos jeunes années ?

Message par flamme »

Image

- On n’aurait jamais dû venir ! C’est glauque ici !

- Chut Fred, on va les voir si on reste discrets, mais ferme la sinon c’est mort !


On parle souvent de cimetière galactique pour se lamenter sur la morosité de l’univers, les routes galactiques désertes, les entrepôts vides, le Sénat en ruine, mais on oublie souvent qu’il existe aussi un vrai cimetière galactique planqué derrière le mur d’enceinte de l’édifice parlementaire déserté, sur une petite colline.

Là on peut voir les tombes des anciens Dirigeants, Rois, Généraux, Dictateurs et même de quelques mages en rupture d’immortalité, surmontées, pour les plus luxueuses, d’hologrammes représentant les de cujus dans des postures pas toujours très solennelles.

Fred et Milo, s’installèrent sur une vieille tombe abandonnée pour passer à la phase 2 de leur plan.
Après s’être faufilés entre les nappes de brouillard mouvantes, ils avaient décidé d’avaler une bouteille de Rhum. Alcool et adrénaline, des sensations garanties ! De tous les rites de passage c’était vraiment le plus fun !

Elle était moche cette tombe mais pour poser leurs culs c’était suffisant.
Milo déboucha la bouteille et ils burent au goulot le liquide ambré qui mit le feu à leurs entrailles et à leur tête au point, qu’au début, qu’ils n’entendirent pas les coups qui résonnaient de plus en plus fort jusqu’à faire trembler les planches mal serties de leur trône improvisé.

Ils échangèrent un regard terrorisé quand un terrible cri de rage jaillit des entrailles de la terre. Ils laissèrent s’échapper la bouteille de rhum qui s’écoula entre les planches de la vieille tombe ébranlée, prirent leurs jambes à leur cou et s’élancèrent vers la sortie avec une vitesse décuplée par la peur sous les capteurs amusés des deux drones gardiens de cimetière qui patrouillaient dans les allées.


Crois tu qu’elle s’est encore réveillée ? demanda FX 18 le drone croque-mort au petit BAX12 le robot en forme de poubelle chargé du ramassage des feuilles mortes et des papiers gras.
Avec des bruits grinçant de ferraille rouillée, ils se dirigèrent vers la tombe d’où les cris et les coups fusaient maintenant avec rage.


Décidemment les médirobots ne sont plus méticuleux de nos jours ! Cela fait combien de fois qu’ils confondent ses comas éthyliques avec la mort ? 3 fois ?
Biiiipppp !!
Non 4 fois, tu as raison. Sortons la de là avant qu’elle ne réveille les autres !


Le FX 18 arracha rapidement les planches qui gênaient la sortie de la tombe et apparue la tignasse blanche hirsute de la vieille bique que l’odeur du rhum avait ramené au royaume des vivants.
Elle saisit la bouteille d’alcool abandonnée par les deux gamins et l’assécha sans s’accorder la moindre respiration.
Puis, elle replongea dans la tombe pour en ressortir avec une canne en bambou vertanien et un vieux sac en jute décoré du symbole « Peace and love » peint en jaune.
Sans transition, elle se dirigea vers le Sénat d’un pas vif.

On discernait à peine le sentier tellement les jardins avaient été envahis par les ronces. Lorsqu’elle entra dans le bâtiment, elle évita tant bien que mal les fissures du sol de marbre.
Elle prit des escaliers qu’elle semblait connaître par cœur et descendit dans les sous-sols. Quand elle fut presque au niveau de geôles, elle tourna à droite puis deux fois à gauche et s’arrêta devant une lourde porte en bois qu’elle ouvrit d’un coup d’épaule. Là bien rangé le long des murs une quinzaine de tonneaux s’alignaient.

Les regardant avec tendresse, elle eut un large sourire édenté.
Personne n’aurait su dire ou expliquer comment un si petit sac pouvait contenir une si grosse hache mais d’un coup d’un seul, elle mit deux futs en perce et s’assura une solide réserve d’un très vieux berrychampagne hors d’âge.

De retour à l’étage, elle se dirigea vers la seule salle d’où émanait un souffle de vie.
Elle y entra dans avec son énergie si longtemps contenue, la canne levée, sa robe couleur safran toute froissée de son long séjour sépulcral, Lulluberlue était de retour ! Et elle allait le faire savoir à toute la galaxie !

Pourtant au moment où elle s’apprêtait à ouvrir la bouche pour lancer sa vindicte aux yeux de l’univers, elle fut prise d’un violent éternuement, puis de deux, puis de trois !


Bordel s’écria-t-elle Il y a un chat ici !!

Remettant son discours à plus tard elle s’installa au fond de la salle avec des regards courroucés vers le félidé source de son inconfort, pieds sur la table et un chapeau en paille sur la tête. Elle fouilla dans son sac en jute et en sortit une blague à tabac. Bientôt une odeur d’herbes de Provence envahie la salle luttant vaillamment contre les poils de chats.

Elle chaussa une paire de lunettes de soleil, probablement pour pouvoir dormir discrètement, et attendit de voir si d’autres vivants allaient se manifester.
Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son

J'ai un autocollant "Soulis 4ever" sur ma voiture depuis 1897 !
Répondre